Le Web design écologique, éco-conception, ou encore Green UX : Comment et pourquoi le mettre en pratique ?

Pourquoi faire du web design écologique / Green UX ?

Lors de la conception de sites web ou bien de SaaS, on pense forcément à l’UX, au produit, à l’UI, aux fonctionnalités…mais rarement aux conséquences écologiques de la conception que l’on réalise.

Or, en respectant certains principes du web design écologique, ou encore “Green UX”, il est possible de réaliser un site à faible consommation, sans perdre en qualité d’expérience utilisateur.

Dans un époque où l’humain cherche à réduire son empreinte sur la planète, le web à son importance, car chaque octet consomme de l’énergie, du stockage, mais aussi les terminaux (mobile, ordinateur…) qui se dégradent avec le temps.

Chaque site web entraîne une consommation d’électricité pour faire fonctionner les serveurs qui l’hébergent, les terminaux qui le consultent et les data center qui stockent les données, les images, les textes….

Même si le web semble parfois immatériel, les conséquences de son usage sont bien matérielles.

Aujourd’hui, on compte 4,5 milliards d’internautes et 22 milliards de terminaux connectés (We are social – Global digital report). 

Si chaque interface web applique des grands principes, nous pouvons donc réduire considérablement l’impact écologique du web.

Afin de bien comprendre les enjeux et conséquences, nous vous recommandons la conférence de Gauthier Roussilhe, « Repenser le numérique dans les limites planétaires », au Blend Web Mix 2019.

 

Les grands principes du web design écologique, ou Green UX

Pour limiter son empreinte, le service web doit :

  • nécessiter une configuration minimale pour fonctionner
  • monopoliser le moins longtemps possible l’internaute et les serveurs
  • nécessiter le moins de serveur possible pour fabriquer les pages web

 

Le web design écologique, tout comme l’UX, doit être pris en compte le plus tôt possible, car c’est bien le produit dans son intégralité et ses fonctionnalités qui auront des conséquences sur la consommation.

 » Plus on intervient tôt, plus l’impact sera fort. » 

Dans les grandes règles, évoquées dans l’ouvrage de référence en France ( Eco-conception – Les 115 bonnes pratiques, Editions Eyrolles) , il est recommandé trois postures : 

  • Simplicité (moins de fonctionnalités, moins de pages), l’UX à un fort impact sur cet élément, car c’est bien la conception qui va déterminer les parcours du futur site web.
  • Pertinence (minimiser le temps pour faire une tâche) : l’UX a aussi une forte importance pour optimiser au mieux les processus et la fluidité des parcours utilisateur.
  • Frugalité  (code optimisé, serveur écologique, image légères… ) : c’est plutôt l’intégration et la technique qui vont impacter ces éléments.

 

La conception écologique n’a pas un impact que pour la planète. Un site conçu de manière légère et intelligente va favoriser d’autre éléments :

 

  • Equité sociale : un site simple et épuré, sera plus accessible sur des vieux appareils
  • Accès aux personnes en situation de handicap : un code propre et adapté aux logiciel d’adaptation aux handicaps permettra au site d’être accessible à tous.
  • Performance économique : des temps de chargement plus rapides, favorisent l’expérience utilisateur, et la conversion (inscriptions, ventes…)

Comment faire du web design écologique ou Green UX ?

Quelques grandes règles à respecter 

 

Certaines règles d’UX permettront de favoriser le web design écologique. Il faut cependant garder à l’esprit que l’intégration et le développement front-end, auront une forte importance sur le consommation effective de CO2 :

  • Ne garder que les fonctionnalités essentielles pour les utilisateurs
  • Proposer une architecture de l’information simple
  • Fluidifier les processus et les parcours utilisateur : permet de fair les tâches plus vite et donc consommer moins.
  • Favoriser un design épuré (tout en CSS et limiter les images)
  • Une approche “mobile first” force à limiter la lourdeur des écrans, attention quand même à ne pas négliger l’expérience sur desktop
  • Choix UI adaptés : favoriser les polices standards, limiter les animations coûteuses en javascript et css
  • Utiliser un hébergeur vert comme Infomaniak

 

Mesurer les émissions carbone de votre site web

 

Certains outils reconnus pour leur pertinence sont recommandés:

 

En optimisant ces indicateurs, vous pourrez vous baser sur des faits concrets pour limiter les émissions carbone de votre site web.

 

Conclusion

 

L’eco-conception, ou Green UX,  est accessible à tous les professionnels du web, il suffit :

  • De le prendre en compte dès le début d’un projet
  • D’y allouer des ressources (lors de la phase UX, ainsi que lors de la phase de développement)
  • Que les choix de conception écologiques soient cohérents avec l’approche commerciale, le SEO, l’UX, pour proposer un ensemble de grande qualité.

 

Avec du bon sens, de la volonté, il est possible de créer un web plus inclusif, moins polluant et proposant toujours une meilleure expérience utilisateur.

C’est en participant chacun à notre échelle que nous produirons un web qui consomme moins et que nous ferons changer les choses.

Pour creuser, vous pouvez lire le livre “ Eco-conception – Les 115 bonnes pratiques “ : https://livre.fnac.com/a13370555/Frederic-Bordage-Ecoconception-web-les-115-bonnes-pratiques

 

Quelques exemples de sites « green » :

Shopping Basket

Envoyé

Merci, nous avons bien
reçu votre message

Envoyé

Merci, nous avons bien
reçu votre message