Design Thinking VS Lean UX VS Agile – Les principales différences

arquen_audit_ux

Ces termes, simples pour les professionnels qui les utilisent tous les jours, ne sont pas forcément clairs pour tout le monde !

Quelles sont les différences entre le design thinking, le lean startup et le mode agile ? Quels sont les objectifs de ces différentes méthodologies ? Peut-on les combiner ?

Avant de faire un tour d’horizon, définissons tout d’abord ces 3 notions :

  • Design thinking : C’est la somme de stratégies créatives utilisées par les designers pour identifier des solutions de design à des problématiques business. Il est pertinent en amont des projets, comme un générateurs d’idées collaboratives.
  • Lean UX : Il est utilisé pour transformer des idées en business models. Ces business models seront rapidement testés et confrontés au marché pour se rapprocher du célèbre «market / product fit»Le lean UX permet de concrétiser, d’explorer les différentes pistes d’idées et d’intégrer des feedbacks utilisateurs.
  • Agile : C’est une méthode de travail caractérisée par des livraisons fréquentes et incrémentales d’un produit, tout en s’adaptant selon les résultats constatés. C’est une méthode de développement rapide permettant d’affiner un produit en le confrontant à ses utilisateurs.

Ces définitions peut être confuses pour le novice, c’est pour cela que nous allons expliciter ces méthodes de manière plus pragmatique.

Voici tout d’abord un schéma synthétique représentant ces 3 méthodes regroupées et fonctionnant ensemble :

design-thinking_lean_agile_ux

Source: Gartner

Même si chaque entreprise va utiliser ces méthodes de manière différente selon leurs processus, leurs équipes, mais aussi leurs besoins, ce schéma représente bien la boucle « idéale » de co-création d’un projet, en partant d’un besoin (ou d’un « pain point ») et en aboutissant sur un produit qui génère du chiffre d’affaires.

Allons maintenant plus dans le détail de chaque méthodologie et comment elle peut vous être utile.

1- Le Design Thinking

Le mot « design » est souvent utilisé pour décrire un objet, ou un produit fini. C’est pourtant plutôt un processus, un action, un verbe plutôt qu’un nom. Un protocole pour résoudre des problèmes et découvrir de nouvelles opportunités. Selon les industries, les techniques et outils diffèrent, mais le coeur du processus reste le même.
Le Design thinking permet de concrétiser ce processus de co-création : il regroupe des collaborateurs pour mutuellement s’inspirer, définir des problèmes, générer des solutions, prototyper, et tester.

  • 1.1 – Définir le problème

L’étape de définition du problème est cruciale. Elle consiste à déterminer l’équipe qui fera partie du processus de design thinking et le problème qu’elle doit résoudre.

Il faudra toujours prévoir quelques ateliers de travail pour que les équipes s’immergent dans le projet, de trouver des consensus et des idées de solution pour résoudre le problème posé. Le problème pourra être de n’importe quelle nature, il doit juste pouvoir être résolu avec un produit digital (application, site web, SaaS…).

L’idée globale est de transformer les contraintes en opportunités.

La méthode des 3 « pourquoi ? » permet souvent d’aller en profondeur lorsque l’on émet des pistes de solution. Il est primordial d’être précis dans la solution imaginée, « designer une chaise », n’est pas une solution, « créer un moyen de suspendre une personne  » l’est.

  • 1.2 – Maquetter / Prototyper

Une fois les ateliers de définition du problème réalisés, il est important de concevoir (ou prototyper) les solutions imaginées.

Des ateliers de co-conception permettent de confronter ses idées à celles des autres et à obtenir un feedback instantané.

Le secret du succès de d’itérer pour abandonner les mauvaises solutions et se concentrer sur les bonnes solutions.

lean_ux_arquen
Source : Vimeo
  • 1.3 –  Tester & créer

Ensuite, il est important d’obtenir rapidement un feedback pour itérer. Une fois le produit déterminé, prototypé, et testé, il faut passer à l’étape de développement pour apporter le produit sur le marché.

Il va être crucial de définir une feuille de route et de construire un véritable produit, c’est là où le Lean intervient.

2- Lean Startup / Lean UX

Le lean startup est une méthodologie née dans la Silicon Valley, qui a ses racines dans le système de production de Toyota (observe, oriente, décide, agis; qui est tout aussi fondamental dans le Agile).

Le but est de trouver quoi construire puis comment le construire efficacement.

Le lean startup est utilisé pour expérimenter rapidement la solution à un problème, des canaux de distribution, des canaux marketing, des modèles de revenus, des structures de coûts…

Le lean startup appliqué à un produit est le lean UX. Il nécessite de la part de l’UX une forte collaboration avec les équipes, contrairement à l’approche traditionnelle de l’UX Design. L’objectif principal est de se concentrer sur le feedback utilisateur pour prendre des décisions rapides.

 

agile_ux_arquen
Source : visualpun.ch

Une fois le produit sur lequel votre équipe va travailler déterminé, il va falloir le tester, le développer et itérer pour aboutir à un vrai produit que l’on peut commercialiser sur un marché donné.

En partant d’un problème, l’équipe Lean UX va brainstormer pour générer des suppositions, des pistes de solution à ces problèmes.

Ce processus permet de générer des questions :

  • Qui sont vos utilisateurs ?
  • A quelles fins le produit est-il utilisé ?
  • Quand est-il utilisé ? Dans quelles situations ?
  • Quelle est la fonctionnalité la plus importante ?

Chaque réponse sera considérée comme une supposition, qui va amener à des idées d’améliorations, de fonctionnalités, de produits permettant de créer un Minimum Viable Product (MVP).

mvp_arquen
Source: Eric Delcroix

Une fois ces nouvelles idées validées comme pertinentes, il faut les tester.

La recherche utilisateur et le testing dans un environnement Lean UX sont basés sur les mêmes principes que dans un univers UX plus classique. Cependant, l’approche à tendance à être plus « quick and dirty », le but va être de valider un concept rapidement, avant de passer beaucoup de temps en développement & graphisme. Le focus va être sur la collecte de données et de retours utilisateurs plutôt que dans le déploiement de livrables fortement documentés et précis.

Les équipes d’UX et de développement vont travailler quotidiennement ensemble pour avancer sur les livraisons et tester, le processus est très collaboratif.

Cela vous permet d’affiner votre MVP pour qu’il se rapproche de plus en plus d’un produit à part entière.

3- Agile

Une fois que vous avez une idée précise du produit que vous apportez au marché et de votre business model, vous pouvez commencer à délivrer des fonctionnalités pour les proposer à des utilisateurs.

Un développement Agile se concentre sur les fonctionnalités à forte valeur ajoutée en premier. De plus, le fonctionnement agile est divisé en « sprint » (par exemple de 4 semaines) qui permettent de délivrer régulièrement des fonctionnalités et ainsi faire évoluer son produit avec ses clients et son marché.

Il repose sur un cycle de développement itératif, incrémental, adaptatif et doit respecter quatre valeurs fondamentales déclinées en douze principes desquels découlent une base de pratiques, soit communes, soit complémentaires.

« Focus on outcomes, not on inputs. »

Les méthodes agiles prônent 4 valeurs fondamentales :

  • Individus et interactions plutôt que processus et outils
  • Fonctionnalités opérationnelles plutôt que documentation exhaustive
  • Collaboration avec le client plutôt que contractualisation des relations
  • Acceptation du changement plutôt que conformité aux plans

Les 12 principes AGILE :

  1. Satisfaire le client en priorité
  2. Accueillir favorablement les demandes de changement
  3. Livrer le plus souvent possible des versions opérationnelles de l’application
  4. Assurer une coopération permanente entre le client et l’équipe projet
  5. Construire des projets autour d’individus motivés
  6. Privilégier la conversation en face à face
  7. Mesurer l’avancement du projet en termes de fonctionnalités de l’application
  8. Faire avancer le projet à un rythme soutenable et constant
  9. Porter une attention continue à l’excellence technique et à la conception
  10. Faire simple
  11. Responsabiliser les équipes
  12. Ajuster à intervalles réguliers son comportement et ses processus pour être plus efficace

Vous l’aurez compris, chaque entreprise devra adapter les principes AGILE à ses ressources et ses possibilités, avec pour objectif la flexibilité, la productivité, et le lien constant avec l’utilisateur.

4 – Conclusion

Pour simplifier, le Design Thinking nous aide à avoir de meilleures idées, le lean UX nous aide à transformer ces idées en business models et l’Agile nous aide à livrer le produit rapidement et de manière incrémentale, avec un feedback utilisateur constant.

En combinant les 3 approches, vous ne devriez pas seulement avoir de meilleures idées, mais aussi des produits viables, en lien direct avec les besoins des utilisateurs d’un marché donné, respectant les coûts et plannings, mais aussi donner à vos employés l’opportunité de réaliser un travail plus épanouissant.

Ces outils n’aident pas uniquement votre entreprise à créer de meilleurs produits, ils permettent à chacun de délivrer son potentiel pour créer plus d’impact dans son travail. Ces approches collaboratives peuvent s’expérimenter plus loin que pour un produit, mais sur tous les processus de l’entreprise.

N’hésitez pas à découvrir tous les articles de notre blog ou à nous contacter pour plus d’informations 🙂

Arquen – Agence UX

% commentaires (1)

[…] à valider en conditions réelles, avec des vrais utilisateurs. C’est le principe du lean UX, qui part du postulat qu’un produit n’est pas viable tant que ce n’est pas […]

Les commentaires sont fermés.